01/06/2014

dernières nouvelles...

Monde: l'AIE chiffre à 44 000 milliards de dollars d'ici 2050 les investissements nécessaires pour limiter le réchauffement

 

 L'Agence internationale de l'énergie (AIE) chiffre à 44 000 milliards de dollars les investissements nécessaires d'ici à 2050 pour limiter le réchauffement et développer les énergies «propres», un coût qui ne cesse d'augmenter à force d'atermoiements, selon sa directrice générale.


«Nous devons agir, mais nous ne prenons pas le bon chemin pour le moment», a déploré Maria van der Hoeven à Séoul lors de la présentation du rapport bisannuel de l'AIE sur le sujet.


«L'utilisation croissante du charbon au niveau mondial masque les progrès dans le déploiement des énergies renouvelables (...). Il est temps de changer de cap», a-t-elle ajouté.


L'AIE, organisation qui représente les pays importateurs de pétrole, prône un développement accéléré des énergies renouvelables et d'autres technologies permettant de réduire les émissions de CO2 dans l'énergie.


L'agence part du postulat que les coûts engagés sont plus que compensés sur le long terme par les économies réalisées en combustibles fossiles comme le pétrole. Mais le coût de la transition ne cesse d'augmenter, prévient Mme Van der Hoeven.


L'AIE chiffre désormais à 44 000 milliards de dollars les investissements cumulés nécessaires d'ici à 2050 pour limiter le réchauffement à long terme de la planète à 2 degrés Celsius. Ce coût était estimé à 36 000 milliards de dollars en 2012.


Mais les économies que cela pourrait dégager augmentent elles aussi. Elles sont estimées à 115 000 milliards de dollars d'ici la même date, contre 100 000 milliards en 2012, selon ses calculs.


«Ces hausses reflètent partiellement ce que l'AIE dit depuis longtemps : plus on attend, plus la conversion de notre approvisionnement énergétique est cher», a souligné Maria van der Hoeven.

 

Monde: Le coût astronomique de la pollution de l'air, 3.500 milliards de dollars par an selon l'OCDE

L'OCDE chiffre à 3.500 milliards de dollars par an la perte économique liée aux victimes des émissions de CO 2 dans les pays riches, la Chine et l'Inde.

La dégradation de la qualité de l'air due aux émissions de CO2 fait de plus en plus de dégâts humains. Et il devient urgent de limiter les frais. Un rapport de l'OCDE vient de chiffrer le désastre et son coût. 


Dans les 34 pays les plus développés du monde pris dans leur ensemble avec la Chine et l'Inde, près de 3,5 millions de personnes meurent chaque année avant l'heure, victimes prématurées d'un cancer, d'une maladie cardiaque ou de problèmes respiratoires du fait de la pollution atmosphérique.


Le prix de ces disparitions précoces, en termes de pertes de revenus d'activité, est proprement astronomique. L'OCDE l'estime à environ 1.700 milliards de dollars pour les seuls pays riches. Un montant dont se rapproche de plus en plus celui de la Chine (1.400 milliards de dollars) et de l'Inde (500 milliards). Dans ces deux pays, la situation ne cesse de s'aggraver. Le taux de mortalité lié à la pollution de l'air y a respectivement augmenté de 5 % et 12 % entre 2005 et 2010, contre une moyenne mondiale de 4 % et alors même qu'il baissait dans les pays développés.


+ 3 % d'années de vie perdues en Inde

Chez les deux grands émergents, le nombre d'années de vie perdues croît également plus vite (+0,5 % par an pour la Chine et +3 % pour l'Inde) que la moyenne mondiale.


Une situation de plus en plus critique dans laquelle la responsabilité des transports routiers se révèle assez lourde. A elles seules, les émissions de ce secteur représentent la moitié de la facture liée à la pollution des pays de l'OCDE, indique le rapport. Et elle augmente en Chine et en Inde, où les efforts déployés pour mettre sur la route des véhicules plus propres sont affaiblis par la hausse constante du parc d'engins roulants à moteur.


La question du rapport coût-bénéfice est franchement posée. « Le prix que nous payons pour utiliser nos véhicules n'est pas à la mesure des conséquences de cette pratique sur l'environnement et la santé humaine. La lutte contre la pollution atmosphérique requiert une action collective », a déclaré Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE, lors de la présentation du rapport. Au nom d'impératifs sanitaires et environnementaux, le rapport invite les gouvernements à réviser leurs positions sur certains mécanismes incitatifs, notamment fiscaux. Ainsi, « rien ne justifie de taxer le diesel moins que l'essence », estime Angel Gurria.

 

 

La vérité aussi terrible qu’elle soit à dire c’est que tout l’argent du monde ne nous permettra pas de nous adapter à ce qui se prépare…

 

Les changements climatiques ne sont que la partie visible d’une menace bien plus sérieuse que des périodes de sécheresses, d’inondation ou de catastrophe climatique sous quelques formes que ce soit !

USA: Californie: la sécheresse va coûter 1,7 milliard $ aux agriculteurs

 

Les agriculteurs de Californie vont perdre 1,7 milliard de dollars cette année en raison de la sécheresse qui sévit dans cet État de l'Ouest des États-Unis, pointe une étude publiée lundi.

En outre, 14 500 emplois pourraient être perdus dans la très fertile Vallée centrale de Californie, considérée d'ordinaire comme le «grenier» des États-Unis avec ses exploitations implantées sur 2,8 millions d'hectares.


Selon cette étude de l'Université de Californie, les champs ne bénéficieront cette année que des deux-tiers du volume d'eau qu'ils reçoivent normalement des rivières et fleuves. Et 6% des terres devront être laissées en jachère.


Les experts prévoient des pertes d'un total de 1,7 milliard de dollars pour le secteur agricole de l'État, dont 450 millions devraient aller à des systèmes de pompage des nappes phréatiques.


«Sans accès aux nappes phréatiques, la sécheresse serait proprement dévastatrice pour les agriculteurs et les villes de Californie», explique Jay Lund, co-auteur de cette étude.


Cependant, les autorités de Californie, qui ont commandé l'étude, estiment que la sécheresse ne devrait pas perturber l'économie locale, l'agriculture ne comptant que pour moins de 3% du PIB de l'État.


«Ces estimations vont aider l'État à mieux appréhender l'impact économique de la sécheresse et à l'atténuer», note Karen Ross, du département de l'Agriculture de Californie, dans le document.


La sécheresse et les températures élevées que connaît la région depuis plusieurs mois ont aussi favorisé le déclenchement d'importants incendies, particulièrement dans le Sud de l'État

 

Et la stérilisation carbonique alors ?

Et bien elle continue dans une inconscience toujours aussi hallucinante…

 

Les hecatombes de poissons s'amplifient dangereusement à travers le monde : Des millions de poissons morts mystérieusement ont été constaté rien que le mois dernier !

 

 

Des centaines d'hécatombes subites et massives de poissons ont été signalés dans les médias mondiaux au cours des derniers mois. 

Cela fait tout de même des millions de poissons qui sont morts subitement partout sur la planète dans l'indifférence la plus complète de nos politiques, même chez ceux avertis du pire et si avides de changement. 


Mais que se passe t il donc…


Même si certaines hécatombes de poissons reste plus impressionnantes que les autres et qu'elles s'affichent parfois à la une, par exemple celle ci : plus de six tonnes ont été retrouvé flottants dans la Marina Del Ray en Californie il y a quinze jours, faisant bien évidemment la une des manchettes des "pour rire" de nombreux média américains, il reste qu'un silence effroyable s’installe dans l'encre de nos médias préférés, mais chut ne les troublons pas, ne les réveillons surtout pas ces gros poissons qui dorment, ils sont la composante même de cette pulsion généralisée, la SI(e)nergie, qui reste une véritable coordination des ensembles,... tous ensemble...


Mais si l'on y regarde de plus prés, ce phénomène qui nous amuse de ses mystères semble bien plus grave qu'il ne parait puisque il se vérifie partout dans le monde.


En 2014, les hécatombes massives et mystérieuses de poissons sont devenues événements quotidiens à l'échelle mondiale, et dans cette nouveauté, il ne fera aucun doute que ces poissons dans "l'OH" ne joueront aucun rôle clé dans la prise de conscience collective  puisqu'ils ne fixeront pas la gloire de notre grand progrès humain et de ses générateurs d'effets salutaires. 


Reportées jour après jour ces hécatombes pourraient à première vue être juste classées comme anomalies étranges de la nature, mais si l'idée vous vient de vouloir les lister comme ci-dessous, LA CHOSE devient alors beaucoup plus étonnante, voir très inquiétante, comme un préalable à une prise de conscience devenue nécessaire, celle là même dont l'issue conditionne les reflex de survie, eh oui,  l’expérience de l'intuitif tente à prouver qu'une rétroaction intellectualisable par nos intellectuels en manque de scoop reste possible, quoi que...  


Les événements qui suivent ne sont que quelques exemples du jour après jour de la symphonie que nous vivons dans notre NOUVEAU monde:.


  • En Avril, 500 000 carpes ont été retrouvés flottantes et ventre à l'air dans la rivière de Cumberland dans le Kentucky «.
  •  il y a quinze jours, des milliers et des milliers de poissons sont morts au large de la côte sud de la Californie ...
  •  Ici, la mort d'environ 35 000 poissons dans le Minnesota est attribué à un " manque d'oxygène «.
  • Ou encore ici la récente hécatombe de milliers de poissons dans la rivière  Requin près de Belmar dans le New Jersey est également attribué à « l'épuisement de l'oxygène «.
  •  Les savants de Californie sont encore à essayer de comprendre ce qui a causé la mort de milliers de poissons dans le lac Menifee il ya quelques semaines
  • Dans le golfe du Mexique, les dauphins et les tortues de mer meurent " en nombre record «.
  • Dans le Maryland l'intrigue bat son plein, la mort de 7.000  menhaden de l'atlantique convoite de la matière grise...
  •  Les mortalités dans le lac Champlain dans le Vermont sont appelés « la nouvelle normalité» par des responsables gouvernementaux.
  • Le long de la côte nord de la Californie, les phoques et les jeunes lions de mer sont en train de mourir " en nombre record «.
  • Il y a trois mois, les pisciculteurs de Singapour ont perdu 160 tonnes de poissons
  • En Septembre dernier, environ 40 kilomètres de la rivière Fuhe en Chine " a été recouverte de poissons morts «.
  • Le même mois, près de dix tonnes de poissons morts ont été retrouvés flottant sur un lac près de la ville de Komotini en Grèce.



Et depuis quelques semaines me direz vous: et bien rien n'a changé ... tout va bien...




17 mai 2014 - Hécatombe dans le port de plaisance de Pultneyville , New York, États-Unis.
lien 

16 mai 2014 - Hécatombe dans la rivière Aragatsotn , en Arménie .
lien

15 mai 2014 - Des centaines de poissons meurent en raison de la pollution dans les zones humides de Rewalsar en Inde . lien


14 mai 2014 - Des milliers dans la Cootes Paradise , Hamilton , Canada .
lien

13 mai 2014 - Des dizaines de milliers de poissons morts s'échouent sur la côte de la Tasmanie , en Australie.
lien

12 mai 2014 - La mort dans la rivière Eden est un mystère bien anglais en Cumbria , Angleterre.
lien

11 mai 2014 - Des milliers de poisson-globes meurent, mais également des tortues sur les différentes plages de la Colombie et du Costa Rica .
Lien et ici

11 mai 2014 - Des centaines de poissons morts sont retrouvés dans un étang dans le Southborough , en Angleterre,
lien


10 mai 2014 - Des milliers de poissons, la pollution de printemps?  au Sikkim , en Inde.
lien

9 mai 2014 - Une hécatombe de poissons provoque la panique dans la rivière Luda Yana en Bulgarie .
lien

8 mai 2014 - Des milliers de poissons meurent dans un lac à Mangalore , en Inde.
lien

8 mai 2014 - 12 tonnes de poissons morts sont retirés d'un lacs dans le comté de Chisago dans le Minnesota (petrole contre nouriture?) , en Amérique .
lien

7 mai 2014 - hecatombe massive de poissons dans les réservoirs du Quanzhou , en Chine.
lien

7 mai 2014 - Des milliers de poissons sont retrouvés morts sur les rives de Roatan en Honduras .
lien

5 mai 2014 - Des centaines de poissons s'échouent mystérieusement sur une plage à San Antonio Oeste , Argentine .
lien

5 mai 2014 - Des milliers poissons flottent dans les lacs d'Almindingen , Danemark .
lien

4 mai 2014 - Hecatombe massive de poissons dans une rivière du Fujian , en Chine.
lien

3 mai 2014 - 1000 et un poissons morts s'échouent sur un lac en Ontario , Canada .
lien

2 mai 2014 - 40 000 poissons meurent soudainement dans un barrage en Piaui au Brésil .
lien

30 Avril 2014 - hecatombe massive" la pire que j'ai vu en 26 ans de travail ici » dans l'Iowa , Etats-Unis.
lien

30 Avril 2014 - le Grand quantité de poissons retrouvés morts flottant le long d'une rivière dans le Xiasha intrigue , Chine .
lien

29 Avril 2014 - Des dizaines de tortues de mer dans le sud du Mississippi , viva l'Amérique .
lien

29 Avril 2014 - Des milliers de morts de poissons le long des rives des lacs dans le Wisconsin , Etats-Unis.
lien

28 Avril 2014 - Des tortues et autres animaux marins continuent de s'échouer à Bari , en Italie.
lien

28 Avril 2014 - Une Grande hécatombe de poissons retrouvés dans la rivière Mogi au Brésil .
lien

25 Avril 2014 - Tiens des poissons retrouvés dans un réservoir à Nanchong , Chine .
lien

24 Avril 2014 - de la quantité s'échouent sur une rivière à La Chorrera , Panama .
lien

23 Avril 2014 à 2 millions de poissons retrouvés morts dans un barrage à Téhéran , en Iran .
lien

23 Avril 2014 - Du poissons encore du poissons dans le lac Island, en Ontario , Canada .
lien

23 Avril 2014 - Des milliers de poissons morts apparaissent dans un lac à Mudanjiang , Chine .
lien

22 Avril 2014 - 1000 et 10 poissons retrouvés morts dans l'Oona River , comté de Tyrone , en Irlande du Nord .
lien

21 Avril 2014 - poissons morts le long de la rivière Panchganga en Inde . lien


19 Avril 2014 - Des MILLIONS de poissons morts retrouvés flottant dans leThondamanaru Lagoon , au Sri Lanka .
lien

...

ETC, ETC, ETC, ...

 

Les 44000 milliards de dollars nécessaire en investissements pour « limité » le changement climatique, même si il était réellement question de les mettre dans la balance, ne nous permettront pas de survivre à ce qui se prépare et nous subirons à terme, comme ces poissons le mécanisme de stérilisation carbonique…

Croire que nous pourrons nous adapter à une modification de notre environnement qui finira par perturber la photosynthèse et la respiration (aquatique (déjà en cours !) puis aérienne) est de la folie douce…

Et tous les milliards d’euros brandit tel de joyeux boucliers n’est que poudre aux yeux donné à des inconscients par des imbéciles qui pensent encore que l’argent peut tous acheter…

Le réveil sera brutal et terriblement couteux en biodiversité et certainement en vie humaine…

Pourvu qu’ils se réveillent avant qu’on soit au bord du gouffre !

 

Coté technologie… nous n’avons toujours aucun soutien réel des pouvoirs public…

Exception faite d'individus isolé.

Demain peut être ?

Ceci étant nos tests sur le site d’une chaudière d’un hôpital public dans la région bordelaise nous ont permis d’effectuer bon nombre de démonstration auprès d’industriels.

Certain ont manifestés leurs intérêts et nous ont proposés de prendre en charge des tests sur leurs sites plus axé sur leurs problématiques.

Nous attendons des résultats et d’autres tests avec plusieurs industriels sont en attentes.

 

Parmi les projets en vue :

-Plusieurs projets de productions biomasse, production d’algues à partir de CO2 industriels à visé énergétique ou pourquoi pas alimentaire ou cosmétique. Tout est ouvert.

-Partenariat à l’étude avec un grand cimentier pour la production d’un ciment écologique nécessitant avec un coût de production inférieur de 30 à 40% avec une réduction des émissions de CO2 de l’ordre de 90%.

Ceci étant ceci va prendre un peu de temps car ce ciment écologique repose sur un dérivé de bicarbonate qui n’existe pas à l’état naturel et que seule ma technologie permet de produire. On vient juste d’envoyer des échantillons à des laboratoires pour caractérisation !

-On c’est aussi lancer dans l’épuration du biogaz, et ma technologie, très capricieuse n’a pas du tout apprécié qu’on lui impose une concentration de plus de 40% en CO2.

J’avais réglé et conçu mon dispositif pour traiter les fumées soit environ 10 à 12% maximum, à plus de 40% le système a été trop perturbé et n’a simplement pas fonctionner.

C’est le gros problème de me technologie qui fonctionne sur des déplacements d’équilibres permanent.

Cette technologie est d’une extrême complexité, elle repose sur une dizaine de mécanisme physico-chimique et une bonne centaine de mécanisme d’autorégulation… Modifier un paramètre, c’est les modifier tous et c’est ce qui c’est passé.

Fabriquer un dispositif adapté au biogaz et effectuer les réglages va nous coûter encore de l’argent et nous prendre du temps.

Heureusement nous avons à priori le soutien d’un politique local très engagé dans l’écologie… Et comme dans bien des cas ce n’est pas un écolo ! Clin d'œil

Il c’est dit près à nous laisser libre accès à un site de production biogaz même si le cadre reste à définir et on espère que nous pourrons obtenir des analyseurs en prêt… sinon c’est encore 8000 à 10000 euros à sortir… Et sa commence à être dur !

Ceci étant dit à part les marchés de l’épuration d’air (traitement de l’H2S au niveau des stations d’épuration) je ne vois aucun autre marché facile d’accès dans l’immédiat en dehors du biogaz…

Réduire les émissions de CO2 est un enjeu majeur mais tend que les politiques n’imposent rien… personne ne veut payer !

Les ciments écologiques comme la production d’algues sont très encourageant mais il faudra des années pour les imposer et plusieurs millions d’euros… Et même si sur ces sujets les industriels sont intéressés et que l’on peut trouver des fonds sa prendra un peu de temps encore…

La production d’hydrogène  par le cycle du carbone artificielle a des décennies d’avance sur son temps…

La législation est totalement inadaptée et les scientifiques que j’ai rencontrés et qu’on m’a imposé (région…) sont tellement dépassés qu’ils croient à un canular !

C’est épuisant d’être un précurseur…

Il faut du temps et encore de l’argent… J’ai peu d’argent maintenant et le temps nous ne l’avons pas, la stérilisation carbonique avance et je ne sais pas si nous serons prêts à temps pour y faire face et y survivre.

Je fais de mon mieux, je n’ai pas de regret et pour moi c’est l’essentiel mais j’ai l’impression d’être Don Quichotte et de me battre contre des moulins à vent…

 

C’est vraiment épuisant d’être un précurseur…

 

J’ai beaucoup d’état d’âme en ce moment, je suis en pleine crise de la quarantaine je crois, je fais le point sur ma vie et je range mon existence, c’est assez pathétique il me semble, comme si j’avais le temps de me poser autant de question…

 

 

19/08/2012

hécatombe "mystérieuse"... Vous avez dit mystérieuse ?

 

14 août 2012, Iles Samoa, une hécatombe « mystérieuse » de poissons crée la controverse entre scientifiques !

 

 

La semaine dernière des milliers de poissons morts ont été retrouvés le long des côtes de la baie de Pago dans l’île de Guam située dans l'archipel des îles Mariannes dans l'océan Pacifique.

Jeudi dernier un étudiant de l'université de marine de l'île de Guam a remarqué que des milliers de poissons s'étaient échoués sur les rives de la baie de Pago, il a immédiatement pris des photos et les a transmises à son Professeur au laboratoire maritime de UOG, le Dr Jason Biggs.


"J'ai jamais vu ça a confirmé celui ci, une telle mortalité massive de poissons dans la baie de Pago est totalement anormale, il faut dresser le drapeau rouge sur les côtes"


En revanche les mêmes photos ont été transmises au biologiste Brent Tibbats du département de l'agriculture des USA, qui lui, réfute la thèse du Dr Biggs: chaque année dit il des hécatombes de poissons sont déclarées dans l'île de Guam affirme t'il. Ici ce sont des poissons des eaux peu profondes qui vivent dans les récifs et les herbiers des côtes de l'île. C'est le faible niveau d’oxygène des eaux surchauffées dans la baie à marée basse qui a probablement causé cette hécatombe. C'est normal...


Le Dr Biggs, qui lui vit dans l'île, ne démord pas, il n'a jamais vu ça.

 

S'en suit une controverse entre les deux biologistes, avec une multitude d'hypothèses,  plus farfelues les unes que les autres, et qui vous font perdre absolument tout sens critique avant la fin même de l'article...

Bref du grand art ...


Nature Alerte


source: pacific news center

 

Notez comment un « spécialiste », vivant à l’autre bout du monde (USA) s’est empressé de dire que c’était « normal », tandis qu’un « spécialiste » local s’obstinait à dire que ça ne l’était pas… « Il n’a jamais vu ça ! »

La bonne nouvelle dans cette hilarante situation c’est que certains scientifiques commencent à se poser des questions sur ce qui se passe… ce n’est déjà pas si mal !

Je rappelle que ce phénomène « mystérieux » de morts massives, malgré un silence médiatique extraordinaire, se produit à l’échelle planétaire principalement dans des régions et des périodes chaudes… et de façon sans doute fortuite, dans des régions proches de grandes émissions de CO2…

D’ailleurs, pour exemple, sur une plage du Texas (USA)

Dimanche dernier des centaines de milliers de poissons morts se sont échoués sur les plages de Galveston, au Texas
 

Peter Davis, responsable sanitaire de "Galveston Island Beach" a déclaré que ces aloses se sont probablement asphyxiées à cause des faibles niveaux d'oxygène dans le golfe du Mexique .

On ne dénombre pas moins d'une centaine de milliers de poissons dans cette hécatombe.
 

Les autorités sanitaires de la ville se veulent néanmoins rassurantes pour les touristes et les amateurs de plages,  les eaux de baignade sont parfaitement saines et aucun risque de contamination ou de pollution n’est à craindre .
 

Le Biologiste Steven Mitchell du "Texas Parks and Wildlife" affirme que les conditions météorologiques extrêmes que traverse le Texas actuellement, peuvent avoir contribué à cette hécatombe impressionnante.

Il confirme que plusieurs zones d'eutrophisation ont été repérées dans le golfe depuis plusieurs mois.
 
Des résultats de tests plus approfondis sont attendus cette semaine, mais rien, absolument rien n’est à craindre pour les jours à venir.

Bonne baignade aux touristes qui génèrent beaucoup d’argent...


14AOUT2012TEXAS.jpg



 

Mais encore… Le 20 juillet dernier…

 

Des millions de crabes minuscules issus des profondeurs envahissent les plages d’Hawaï, laissant les experts incrédules et interrogatis…

Des millions de minuscules créatures violettes recroquevillées en boule, sont apparues sur une plage d'Hawaii.

L'identité de cette espèce de crabe de la taille d'un petit pois laisse encore les experts perplexes et dans l'expectative. Ce qui est sûr, c'est que les biologistes marins de l'ile n'ont jamais vu ça.

Les petits crabes se sont échoués avec les vagues de ces derniers jours, la plupart d'entre eux étaient morts ou mourants.
 

Au premier abords les scientifiques de Waikiki pensent que ces créatures de moins de 5 mm de long, sont des larves de crabe à taches rouges (Carpilius maculatus),

le "7-11 crab" en anglais, ce nom leur a été donné en raison du nombre de tache que l'on dénombre sur leur carapace. C'est un crustacé que l'on trouve fréquemment dans la région, en revanche les experts n'ont jamais assisté à un tel événement jurent ils.
 

Il est ici connu comme le crabe des récifs tacheté, il peut atteindre à l'age adulte 18 cm de longs. Ils vivent dans les récifs de Tidepool, et selon la légende, leur taches sur le dos sont les résultats d'une bagarre avec un dieu de la mer.

Les tout petits crabes qui se sont échoués étaient pourpres, le 7-11 adulte, a lui, une coquille orange rouille et ses taches sont marron. Il se nourrit généralement de nuit, de cadavres d'autres crustacés et d'invertébrés.

Le littoral qui a été touché par le phénomène s'étend de Kahala à Ala Moana sur la pointe sud de Honolulu.

Ce sont des surfeurs qui ont donné l'alerte en en découvrant partout sur leur planches.

Le Dr Andrew Rossiter de l'aquarium de Waikiki pense qu'une agitation de la mer imprévu a fait pénétrer des bulles d'air dans les larves qui se sont finalement échouées, incapables de replonger dans leur lieu de ponte.
 

L'échouage massif de ces petites créatures sur les plages de Hawaii inquiète les riverains qui y voient eux, un signe précurseur d'un événement pollueur ou sismique à venir.

© Nature Alerte/ source daily.co.uk

 

Étonnant cette lecture toujours interrogative des experts devant les très nombreuses hécatombes animales qui se produisent depuis quelques années sur les plages...

La réalité, c’est que ces phénomènes sont tout ce qu’il y a de plus naturel…

Enfin c’est un peu vite dit !

Disons que c’est un phénomène naturel,  induit par nos émissions de CO2, qui entraînent une perturbation des mécanismes biologiques de la respiration, laquelle perturbation finit par tuer massivement...

Malheureusement c’est un phénomène qui est appelé à prendre de plus en plus d’ampleur, jusqu’à provoquer une extinction de masse sur notre planète.

Une extinction à laquelle notre espèce, comme la plupart des espèces évoluées de notre monde, ne survivra pas.

Néanmoins nous avons la possibilité de réagir et de nous empêcher le pire…

Le ferons nous ?

Cela, c’est une bonne question, pour l’heure sans réponse…

Si vous voulez comprendre mieux le mécanisme de stérilisation carbonique :



 

Le combat continue et je poursuis le développement de ma technologie.

Nous avons trouvé un site industriel en Dordogne prêt à accueillir notre pilote industriel.

Nous avons obtenu un  pré accord  de la Dreal, et dès septembre nous avons rendez vous avec un expert indépendant pour faire établir une expertise des risques, en vue obtenir l’accord de la préfecture…

Un vrai parcours du combattant, mais le site d’accueil y met du sien, et les services publics ne semblent pas vouloir faire traîner les choses… A priori tout se présente bien.

Plusieurs « bémols » toutefois :

-Premièrement, les filières de valorisation du CO2 étant quasi inexistantes, nous allons devoir équiper notre technologie de traitement du CO2 et de production d’hydrogène, d’une nouvelle technologie permettant de valoriser sur site le CO2 préalablement traité… sans quoi nous devrions gérer avec notre petit pilote un peu plus d’une tonne de dérivé du CO2 par jour, et ce sans aucune filière de valorisation… Ce qui serait assez compliqué pour une petite société comme la nôtre !

Cette nouvelle technologie a fait ses preuves à l’échelle du laboratoire et de la démonstration mobile, mais le passage à l’échelle industrielle nous oblige à rechercher au dernier moment et presque en catastrophe des équipements particuliers, et j’ai peur de manquer de temps… Enfin on va y arriver ! Il le faut !

-Deuxièmement, je crains que l’expert en charge d’établir l’expertise des risques nous demande, sous prétexte de faire une expertise des risques  « complète »  tous les éléments techniques relatifs à mes technologies…

Je rappelle plusieurs faits pour que vous compreniez tous les enjeux en cours.

Premier fait :

Mes brevets d’invention m’ont été volés, comble du sordide et du grotesque, sans mon savoir faire avec la complicité de l’INPI, de l’OEB et de différents organismes de « protection industrielle » !

Autrement dit, si j’étais contraint de « donner » mon savoir faire pour obtenir cette expertise des risques, je perdrais absolument tout… 10 ans de travail et de galère (chantage, menaces, intimidation…) ainsi que la totalité de mes investissements, et la totalité des investissements de ceux qui m’ont soutenu…

Et cette idée est d’autant plus « dérangeante » que la facture pour cette expertise est de plus de 13.000 euros hors taxes…

Quand on sait que plusieurs nations étrangères m’ont offert de véritables fortunes pour que je leur communique mon savoir faire, il est un peu perturbant qu’en France on soit peut être contraint de « donner » son savoir faire en payant une petite fortune pour un inventeur au RSA, pour obtenir un simple document permettant de passer au stade industriel…

Ceci me paraît d’autant plus scandaleux que des grosses sociétés n’hésitent pas à se dissimuler derrière le secret industriel pour exploiter des technologies potentiellement dangereuses pour les populations, sans fournir le moindre élément d’information…

Deux poids… deux mesures !

Je parle par exemple, de la technologie très controversée de la fracturation hydraulique qui fait des dégâts considérable aux USA et au Canada et qui commence à pointer le bout de son nez en France…

Deuxième fait des plus perturbant, l’expertise sera établie par une grosse société qui cumule les « casquettes », à la fois comme expert en expertise des risques, agréé par la Dreal mais aussi comme une société qui travaille beaucoup dans le transfert de technologie… autant dire qu’il n’y a pas loin de parler de conflit d’intérêts !

Compte tenu de ces faits, je donnerai essentiellement les informations liées aux risques, ce qui est normal, mais je ferai en sorte de rester totalement incontournable afin de protéger mes intérêts, ceux de mes «soutiens » ainsi que les vôtres.

En cas de refus et donc de blocage, et bien il y a d’autres pays prêts à nous accueillir…

Et j’ai bien dit vos intérêts

En effet si je donnais mon savoir faire ou si on me le volait, cela aurait de graves répercussions sur l’ensemble des habitants de notre planète, y compris sur vous, qui me lisez.

Cette technologie va générer énormément de moyens financiers et si mon savoir faire était diffusé, ces moyens n’iraient certainement pas dans ma poche…

Ainsi privé de ces moyens, je ne pourrais pas développer des technologies qui seront vitales pour nous dans les années à venir.

En effet, la stérilisation carbonique a commencé son œuvre de mort et commence déjà à tuer massivement dans le règne aquatique.

Dans le futur, ce phénomène de perturbation du mécanisme de la respiration «va sortir» du domaine aquatique pour tuer les organismes qui respirent de l’air.

Ma technologie permettant de traiter le CO2 afin de produire de l’énergie a beau être extraordinaire, elle arrive bien trop tard pour enrayer le mécanisme qui conduit à la stérilisation carbonique.

A terme, et pour inverser la « stérilisation carbonique » nous aurons besoin d’une autre technologie, capable de retirer le CO2 de l’atmosphère, et ce même à l’état de traces comme le fait la photosynthèse, afin de soulager la vie planétaire après plus de 150 ans d’exploitation des énergies fossiles.

Si nous ne parvenons pas à développer cette technologie, rendue nécessaire pour compenser nos émissions de CO2, nous sommes voués au même sort que les dinosaures… Nous disparaîtrons !

En ce moment même, je développe une technologie de séparation moléculaire à haut débit qui nous permettra d’inverser le mécanisme de stérilisation carbonique.

Néanmoins, sans moyens il sera impossible de la développer suffisamment et de l’implanter au niveau planétaire… Ce qui représente des centaines de milliards d’euros d’investissement !

En résumé, si je donnais les fruits de mon travail ou qu’on me les volait (ce qui a déjà été tenté plusieurs fois et avec la complicité d’organismes qui prétendent défendre les droits des inventeurs pour mieux les abuser) je n’aurais pas les moyens de développer cette technologie et ceci signifierait que nous n’aurions plus aucun espoir d’endiguer puis d’inverser le mécanisme de stérilisation carbonique.

Ce qui serait un véritable crime contre l’humanité et contre toute les formes de vies évoluées de la planète !

Prenez en conscience !

Vos vies sont dans la balance, même si vous avez peut être du mal à le croire aujourd’hui.