11/01/2015

Acidification des océans... Menace encore sous évalué pour la vie !

 

Article de : Rédaction GEO | Mardi 30 décembre 2014 

Acidification des océans : la biodiversité marine menacée par les émissions de CO2

Lien : http://www.geo.fr/environnement/les-mots-verts/acidification-des-oceans-la-biodiversite-marine-menacee-par-les-emissions-de-co2-154992#xtor=EPR-57-[NL_quotidienne]-20141231&utm_source=NL_quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=20141231

 

 

Outre le réchauffement climatique, les émissions de dioxyde de carbone liées à l’activité humaine sont à l’origine de l’acidification des mers et océans de la planète. Un phénomène inquiétant pour la faune et la flore marines, et qui devrait empirer au cours du siècle. Explications.

Un phénomène provoqué par les émissions de dioxyde de carbone

Au cours des 200 dernières années, l’acidité des océans a augmenté de 26 %. En cause : le CO2 émis par les activités humaines. Les eaux de la Terre auraient en effet absorbé, sur cette période, près d’un quart du dioxyde de carbone rejeté par l’homme dans l’atmosphère. Voilà les conclusions d’un rapport rendu publique le 8 octobre par une trentaine de biologistes marins internationaux, à l’occasion de la 12e conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique.

Pire, d’après les scientifiques, si les taux actuels d’émissions de CO2 se maintiennent, d’ici 2100, les océans auront subi une hausse d’acidité de près de 170 % par rapport aux taux rapportés il y a 200 ans. L’amplitude de ce phénomène d’acidification serait sans précédent depuis 56 millions d’années, selon une étude publiée en 2012 dans la revue Science.

Quelles conséquences pour les écosystèmes marins ?

Si certaines espèces, comme les phytoplanctons non calcaires, bénéficient de la baisse soudaine du pH des eaux, d’autres, possédant une coquille ou une structure calcaire en sont affectées. Les coraux, les mollusques et les échinodermes (comme les oursins et les étoiles de mer) voient ainsi leur rythme de croissance diminuer. Dans certaines régions du monde, les conséquences économiques de ce phénomène commencent même à se faire sentir sur l’aquaculture. Aux Etats-Unis, les biologistes auraient ainsi noté de fortes mortalités dans les cultures d’huîtres. 

 

On est encore très loin de prendre conscience de l’étendu de la menace… Mais on en parle !

C’est un mieux…??????????

 

Au moins on en parle !

Les commentaires sont fermés.