21/12/2012

Conférence de Doha/quotas gratuit de CO2/stockage gélogique

 

 


Le Protocole de Kyoto prolongé de justesse jusqu'en 2020 à Doha !

Par Alister Doyle et Barbara Lewis | Reuters – 

DOHA (Reuters) - A Doha, près de 200 pays se sont mis d'accord samedi, après de difficiles discussions, pour prolonger jusqu'en 2020 la durée de vie du protocole de Kyoto et poursuivre ainsi la lutte contre le réchauffement climatique.

Mais cet accord est affaibli par le retrait de la Russie, du Japon et du Canada. De fait, les signataires ne représentent plus que 15% des émissions mondiales à effet de serre.

"Il faut en faire beaucoup, beaucoup plus si l'on veut vraiment résoudre la question du changement climatique et réduire les émissions", a regretté Kieren Keke, ministre des Affaires étrangères de Nauru, l'un des plus petits pays du monde, au nom de l'Alliance des Petits États insulaires.

Le ministre a affirmé que les Etats insulaires, comme Nauru, Tuvalu ou les Kiribati, étaient menacés par la montée des eaux, si l'ensemble de la communauté internationale ne trouvait pas un accord.

Les discussions, entamées il y a deux semaines dans le cadre de la XVIIIe session de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), devaient s'achever vendredi. Elle se sont prolongées toute la nuit et une partie de samedi pour parvenir à un compromis.

En l'absence d'accord, le Protocole de Kyoto, qui oblige les pays industrialisés signataires à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, aurait expiré le 31 décembre.

Connie Hedegaard, commissaire européenne au Climat, a exprimé la satisfaction mesurée de l'UE, à l'issue des négociations, après l'annonce de la prorogation du protocole de Kyoto.

"Ce n'était pas un chemin facile", a-t-elle dit. "Ce n'était pas un chemin agréable. Ce n'était pas un chemin rapide, mais nous sommes arrivés à passer de l'autre côté du pont, et avec un peu de chance, nous allons pouvoir accélérer."

Le délégué russe, Oleg Chamanov, a expliqué que la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine étaient contre la décision de prolonger le Protocole de Kyoto au-delà de 2012. La Russie souhaitait des limites moins strictes en ce qui concerne les autorisations d'émissions de dioxyde de carbone non utilisées.

"C'est quelque chose qui a sérieusement ralenti les efforts de la communauté internationale pour combattre le changement climatique", a-t-il déclaré.

PRISE DE CONSCIENCE

Les décisions prises samedi reportent par ailleurs à 2013 la question de l'augmentation de l'aide financière aux pays en développement pour les aider à lutter contre le réchauffement climatique.

Tous les participants ont été d'accord pour dire que les décisions de Doha sont en deçà des recommandations des experts scientifiques qui souhaitaient plus de fermeté pour lutter contre les vagues de chaleur, les tempêtes de sable et la sécheresse.

Le protocole de Kyoto, que les Etats-Unis n'ont jamais ratifié, a contraint les 35 pays industrialisés qui y ont adhéré à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d'au moins 5,2% par rapport aux niveau de 1990 sur la période allant de 2008 à 2012.

Mais les décisions prises samedi ne fixent pas de nouveaux objectifs.

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone devraient avoir augmenté de 2,6% cette année. Elle sont de 50% supérieures à celles de 1990. Leur augmentation ces derniers temps est notamment due à la forte croissance industrielle de certains pays en développement, comme la Chine et l'Inde.

La création en 1992 de la convention cadre sur le changement climatique a illustré une prise de conscience des pays industrialisés concernant les effets de la pollution, mais la majorité des experts estiment que le réchauffement se poursuit.

Malgré le ralentissement économique mondial, la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère a par ailleurs atteint un niveau record en 2011, d'après l'Organisation météorologique mondiale.

Même si tous les pays respectaient leurs engagements actuels, la température mondiale augmenterait de plus de 3° Celsius d'ici 2100. Or, pour le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec), un réchauffement de plus de 2°C entraînera une hausse du niveau des mers et des phénomènes extrêmes plus fréquents, tels qu'inondations, sécheresses ou tempêtes.

De tels bouleversements perturberont les pratiques agricoles et l'accès à l'eau potable alors que la population mondiale est en pleine expansion.

Pour le Giec, la probabilité que le changement climatique soit d'origine humaine est de plus de 90%.

Avec Regan Doherty; Bertrand Boucey et Jean-Philippe Lefief, Danielle Rouquié et Julien Dury pour le service français, édité par Guy Kerivel

 

Sans être mauvaise langue… rien de neuf !

Parlons maintenant du projet Ulcos et de l’accord du gouvernement français / Mittal pour sauver le site de Florange…




Nous verrons plus loin les conséquences du retrait/report du dossier annoncé par Mittal vendredi dernier.



Qu'est-ce que le projet Ulcos, sur le site de Florange ?

 

C'était la grande inconnue de l'accord passé entre le gouvernement et ArcelorMittal sur l'avenir du site sidérurgique de Florange : le projet européen Ulcos, censé permettre de maintenir en fonctionnement les hauts-fourneaux du site mosellan. Mais ArcelorMittal a retiré son projet pour son site de Florange, a annoncé la Commission européenne, jeudi 6 décembre. Ce projet répondait à un appel d'offres de Bruxelles, qui doit attribuer un certain nombre de subventions à des programmes de recherche permettant le captage et le stockage du CO2. L'examen de ces projets était attendu le 13 décembre.

  • Quel est l'objectif d'Ulcos ?

Ulcos, pour "Ultra-Low Carbon Dioxide Steelmaking" (soit "processus sidérurgiques à très basses émissions de CO2"), est un projet européen de captage et de stockage du dioxyde de carbone (Carbon capture and storage, CCS). Cette technologie doit permettre de réduire d'au moins 50 % les émissions de CO2 lors de la fabrication de l'acier, une activité industrielle très émettrice de ce gaz à effet de serre.

Le CO2 serait capté lors de la production d'acier par les hauts-fourneaux de Florange – plusieurs techniques de captage sont possibles avant, pendant ou après la combustion –, puis transporté et stocké dans des aquifères salins à 100 km environ au sud de Verdun. De la sorte, la "filière chaude" du site regagnerait en compétitivité grâce à d'importantes économies réalisées sur le coût des quotas d'émissions de CO2 que doivent verser les industries. Et si cette technologie s'avère concluante, le dispositif de captage et stockage de CO2 pourrait "en principe être déployé dans des sites de production d'ici quinze à vingt ans", selon le site Internet du projet.

  • Qui finance Ulcos ?

Le projet est soutenu financièrement ou techniquement par un consortium de 48 entreprises et organisations issues de 15 quinze pays européens, dont les principaux sidérurgistes comme ArcelorMittal, propriétaire de Florange, et son concurrent allemand ThyssenKrupp, ou encore EDF et Air liquide.

Pour être mené à bien, Ulcos nécessite plus de 600 millions d'euros, apportés en partie par les industriels partenaires. L'Etat, qui s'est engagé à hauteur de 150 millions d'euros, via le grand emprunt, les collectivités territoriales pour 30 millions et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) pour 10 millions, pourrait augmenter sa participation, a annoncé le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, vendredi. Mais un complément de financement européen est indispensable pour boucler le financement.

La Commission européenne a lancé en 2009 le programme NER 300 (New Entrants Reserve) pour financer des projets innovants dans les domaines du CCS et des énergies renouvelables. Ce dispositif prévoit d'apporter près de 50 % du coût prévu des projets retenus grâce à la vente sur le marché du carbone de 300 millions de quotas d'émissions de CO2. Dans le cas d'Ulcos, ce financement se chiffrerait à 240 millions d'euros.

Dix projets de CCS étaient en lice à la fin octobre, date à laquelle les Etats membres devaient présenter leurs candidats. Mais tous n'ayant pas bénéficié du soutien de leur gouvernement, des défections se seraient produites, conduisant Ulcos "en tête de liste" à la mi-novembre, selon une source européenne, devant les projets de Belchatov en Pologne, Green Hydrogen aux Pays-Bas et Porto Tolle en Italie. La Commission européenne devra trancher le 20 décembre.

  • Où en sont les autres projets de stockage du CO2 dans le monde ?

Encore au stade expérimental, les systèmes de captage et de stockage du CO2 sont l'une des pistes explorées pour limiter l'effet de serre. Selon l'Agence internationale de l'énergie, près de 20 % des rejets mondiaux de CO2 dans l'atmosphère pourraient être évités à l'horizon 2050. Pour limiter la hausse du réchauffement de la planète à 2 °C, 130 projets de CCS devraient fonctionner d'ici à 2020, calcule l'agence.

Un objectif loin d'être atteint. Dans le monde, 75 démonstrateurs de large échelle (procédés industriels de captage et de stockage d'un minimum de 1 million de tonnes de CO2 par an) sont en cours de développement ou en projet, principalement aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Chine, selon la liste du Global CCS institute. Mais parmi eux, seulement huit s'avèrent opérationnels, aux Etats-Unis, au Canada, en Norvège et en Algérie. Ils sont à l'origine du stockage de 23 millions de tonnes de CO2 par an. En France, une expérimentation est menée par Total dans le bassin gazier de Lacq (Pyrénées-Atlantiques).

  • Quels sont les freins à leur développement ?

Le principal problème de cette technologie réside dans son financement, extrêmement coûteux. "Il faut compter 1 milliard de dollars d'investissement pour le captage et plusieurs centaines de millions pour le stockage, en fonction du nombre de puits, assure Hervé Quinquis, chargé des technologies de captage-stockage du CO2 à l'Institut français du pétrole. En période de crise, les Etats, notamment européens, hésitent à investir dans ces programmes qui ont un impact sur les prix de l'énergie à court terme, même si à long terme ils s'avéreront bien moins onéreux que les dépenses pour lutter contre le réchauffement climatique."

Une frilosité d'autant plus perceptible que le prix du carbone chute sur les marchés. "Si les industriels norvégiens investissent dans les technologies CCS, c'est que le gouvernement a fixé une taxe élevée sur le CO2, à 55 euros la tonne. A contrario, la tonne est tombée à 8 euros sur le marché européen du carbone, ce qui n'incite pas les entreprises européennes à capturer et stocker le CO2", livre Minh Ha Duong, directeur de recherches au Centre national de la recherche scientifique, spécialiste du CCS. Conséquence directe de cette baisse du cours du carbone : pour financer les projets CCS, la Commission européenne ne table plus que sur un milliard d'euros retirés de la vente des 300 millions de quotas, au lieu de 5 milliards à l'origine.

Une incitation existe néanmoins pour les Etats : les projets de captage et d'utilisation du CO2 (carbon capture and utilization, CCU), qui consistent à non seulement stocker le gaz carbonique mais aussi à le valoriser, notamment pour récupérer des hydrocarbures dans le sous-sol. Une technologie que cherchent notamment à développer les Etats-Unis et la Chine.

  • Quels sont les risques de cette technologie ?

Une étude de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques, publiée le 20 novembre, mettait en évidence la possible "mobilisation de métaux lourds en sous-sol" (arsenic, plomb, zinc, cuivre, uranium...) en raison du captage-stockage du CO2, qui "pourrait présenter un risque pour la santé et l'environnement".

Lire : Enfouir le CO2, une solution à risque

Autre danger pointé dans la mise en œuvre du captage-stockage : le risque que le CO2 s'échappe accidentellement, lors de son transport par gazoduc ou de son injection dans le sous-sol, ou qu'une fois enfoui, il remonte par une faille jusqu'à la surface. Le dioxyde de carbone est en effet un gaz corrosif et toxique, létal à une concentration de 10 % dans l'air. Des obstacles supplémentaires à surmonter pour une filière encore loin d'être arrivée à maturité.

Audrey Garric

Enfouir le CO2, une solution à risque

 

 

Se débarrasser du gaz carbonique, principal agent du réchauffement climatique, en le récupérant dans les fumées des usines et des centrales thermiques, puis en l'enfouissant à des milliers de mètres de profondeur, pour des siècles ou des millénaires. La solution est séduisante sur le papier, mais pas sans danger. C'est ce que montre une étude de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), rendue publique mardi 20 novembre. Elle met en évidence la possible "mobilisation de métaux lourds en sous-sol", qui "pourrait présenter un risque pour la santé et l'environnement".

Encore au stade expérimental, le captage-stockage du CO2 est l'une des pistes explorées pour limiter l'effet de serre. Selon l'Agence internationale de l'énergie, près de 20 % des rejets mondiaux de CO2 dans l'atmosphère pourraient ainsi être évités, à l'horizon 2050. Quelque 130 démonstrateurs sont en cours de développement ou en projet, principalement aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Chine. Mais il n'existe que très peu de sites opérationnels. En France, une expérimentation est menée par Total dans le bassin gazier de Lacq (Pyrénées-Atlantiques). Et, à Florange (Moselle), le projet Ulcos est candidat à un financement européen, sous réserve d'une relance des hauts-fourneaux lorrains.

L'EAU CHARGÉE EN MÉTAUX

L'Ineris a mené un essai grandeur nature, dans un aquifère salin du bassin de Lodève (Hérault). Une solution de 3 m3 d'eau saturée en CO2 a été injectée dans un forage, à 56 mètres de profondeur, puis pompée au bout de 80 heures. L'analyse physico-chimique de l'eau, avant et après injection, a révélé qu'elle s'était chargée en différents métaux, particulièrement en zinc, en fer et en manganèse, dont les concentrations respectives ont été multipliées par 25, par 13 et par 5. Mais aussi en arsenic, dont la teneur a doublé.

"Des contaminants naturellement présents dans la roche-réservoir peuvent être libérés, parfois dans des proportions importantes, par les interactions avec le CO2 qui acidifie le milieu", explique Pierre Toulhoat, directeur scientifique de l'Ineris. La crainte n'est pas une pollution des nappes salines souterraines dans lesquelles serait piégé le gaz carbonique, leur saumure étant impropre à la consommation. Elle est que les métaux lourds libérés, potentiellement toxiques (arsenic, plomb, zinc, cuivre, uranium...), remontent avec la saumure jusqu'aux nappes phréatiques, situées plus haut et alimentant, elles, les réseaux d'eau potable.

PUISSANCE MEURTRIÈRE

Le danger le plus souvent pointé jusqu'ici, dans la mise en oeuvre du captage-stockage, était que du CO2 s'échappe accidentellement, lors de son transport par gazoduc ou de son injection dans le sous-sol. Ou encore qu'une fois enfoui, il remonte par une faille jusqu'à la surface. Le dioxyde de carbone est un gaz corrosif et toxique, létal à une concentration de 10 % dans l'air. Des catastrophes naturelles témoignent de sa puissance meurtrière : en 1986, au Cameroun, un dégazage brutal, dans le lac volcanique Nyos, a provoqué la mort par asphyxie de 1 700 personnes.

La possibilité d'une contamination de l'environnement, sur le long terme, par une libération de métaux lourds, doit désormais être "étudiée de manière plus approfondie", estime l'Ineris. Pour les projets de séquestration géologique du CO2, ajoute Pierre Toulhoat, "des évaluations de risques devront être faites site par site". Un obstacle supplémentaire à surmonter, pour une filière de captage-stockage encore loin d'être arrivée à maturité.

Pierre Le Hir

On ne peut que se réjouir d’une prise de conscience de la menace que représente le stockage géologique massif du CO

Car même si le CO pose des problèmes environnementaux sévères, envisager de le stocker en sous-sol par millions de tonnes, avec tous les risques qui en découlent, est de la pure folie…

D’autant que d’autres solutions existent… encore faut-il se donner les moyens de les mettre en œuvre !

Mes technologies :

- soit à la neutralisation du CO2 sous forme solide, stable, et valorisable   

 


- soit à la production d'hydrogène, selon un cycle que nous avons appelé cycle du carbone artificiel   





 

Pourquoi les projets de captage de CO2 ont été abandonnés en Europe ?

Le Monde.fr |

"L'Union européenne pourra réduire ses émissions de CO2 de 20 % d'ici 2020", selon un rapport de l'IFRI. | REUTERS/PETER ANDREWS

L'Europe semble avoir perdu l'un des moyens les plus prometteurs à sa disposition pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Tous les projets de captage et de stockage du dioxyde de carbone (CSC) qui étaient en lice cette année pour obtenir des financements européens sont abandonnés, ont en effet affirmé à l'AFP, jeudi 6 décembre, des sources communautaires.

"Les espoirs de l'Europe de devenir un leader mondial dans le développement d'une technologie-clé afin de lutter contre le réchauffement climatique ont été déçus", déplore le député libéral britannique Chris Davies, interrogé par l'agence de presse.

Cette décision fait suite à l'annonce-surprise d'ArcelorMittal de retirer le projet Ulcos sur le site sidérurgique de Florange, en Moselle, "à cause de difficultés techniques". Ce programme devait permettre de capter le CO2 lors de la production d'acier par les hauts-fourneaux, puis de le transporter et le stocker dans des aquifères salins à 100 km environ au sud de Verdun.

De la sorte, la "filière chaude" du site aurait pu regagner en compétitivité grâce à d'importantes économies réalisées sur le coût des quotas de CO2 que doivent acheter les industries pour compenser leurs émissions. Le projet devait être financé par les industriels partenaires, l'Etat français (à hauteur de 150 millions d'euros) et l'Union européenne (240 millions).

HUIT PROJETS EN LICE

Ces systèmes de captage et de stockage du CO2, encore au stade expérimental, faisaient partie des pistes privilégiées pour limiter l'effet de serre. En 2005, le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) concluait en effet dans un rapport spécial que 30 % à 40 % des émissions de CO2 de l'industrie pourraient être épargnées de la sorte à l'atmosphère en quelques décennies.

La Commission européenne a alors lancé en 2010 le programme NER 300 (New Entrants Reserve) pour financer des projets innovants dans les domaines du CSC et des énergies renouvelables. Ce dispositif prévoit que l'Europe apporte près de 50 % du coût prévu des projets retenus, grâce à la vente sur le marché du carbone de 300 millions de quotas d'émissions de CO2.

En juillet, huit projets, dont Ulcos, ont été pré-sélectionnés par l'Europe : un en Pologne, un aux Pays-Bas, un en Italie et quatre au Royaume Uni. Avec un même objectif : capter le CO2 des centrales à combustibles fossiles et des installations industrielles au moyen de plusieurs techniques avant, pendant ou après la combustion. Il est ensuite épuré et séché, puis injecté de façon permanente dans des roches souterraines profondes.

DÉGRINGOLADE DES PRIX DU CARBONE

Mais ces dernières semaines, certains des industriels, jugeant l'aide européenne trop modeste, ont retiré leurs projets du dispositif communautaire. En cause ? La dégringolade du prix du carbone sur les marchés, de 15 euros la tonne en 2010 à 6,5 euros aujourd'hui. Conséquence : la Commission européenne ne table plus que sur 1,3 à 1,5 milliard d'euros pour la vente d'une première tranche de 200 millions de quotas, au lieu de 5 milliards à l'origine. Elle pourra au final cofinancer seulement les deux ou trois premiers projets retenus, et non l'ensemble de ceux présélectionnés.

Avec l'ambitieux programme Ulcos, qui a fait les frais, jeudi, de l'accord entre le gouvernement français et ArcelorMittal, ce sont donc les 8 projets présélectionnés qui se sont retrouvés le bec dans l'eau, selon Chris Davies, l'un des artisans du NER 300. "Plus de 1,5 milliard d'euros de fonds européens disponibles afin d'encourager les projets le captage et de stockage du carbone vont maintenant être détournés vers de nouveaux projets d'énergie renouvelable", regrette-t-il.

Une situation que refuse de confirmer le cabinet de la commissaire au climat Connie Hedegaard. "La décision finale n'est pas encore prise. Nous annoncerons la liste finale des projets soutenus dans les domaines des CSC et des énergies renouvelables avant la fin de l'année, après la réunion du comité du changement climatique le 13 décembre, assure-t-on. Un nouvel appel à projet financé par la vente des 100 millions de quotas restants pourrait avoir lieu."

RISQUES TECHNOLOGIQUES

En réalité, ces projets ne devraient pas aboutir dans l'immédiat. "Les programmes de CSC ne marchent pas : ils sont confrontés à un problème de faisabilité technique doublé d'enjeux de rentabilité économique", assure Yannick Jadot, député européen EELV.

Aujourd'hui, les systèmes de CSC en expérimentation dans l'Union ne sont en effet pas encore parvenus à maîtriser les risques liés au stockage du CO2, gaz corrosif et toxique. Le 20 novembre, une étude de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques mettait notamment en évidence la possible "mobilisation de métaux lourds en sous-sol" (arsenic, plomb, zinc, cuivre, uranium...), qui "pourrait présenter un risque pour la santé et l'environnement". Des verrous qui rendent malaisée la mise en service des projets en 2015, comme le demande la Commission.

PROBLÈMES DE FINANCEMENT

Mais surtout, le principal problème de cette technologie réside dans son financement, extrêmement coûteux. "Il faut compter 1 milliard de dollars d'investissement pour le captage et plusieurs centaines de millions pour le stockage, en fonction du nombre de puits, assure Hervé Quinquis, chargé des technologies de captage-stockage du CO2 à l'Institut français du pétrole. Par la suite, pour les centrales électriques au charbon, les industriels doivent prévoir un surcoût de 40 % à 60 % du prix du mégawattheure."

"Sans véritable mesure incitative de la part des Etats, comme un prix d'achat minimum de l'électricité produite, les procédés de CSC n'auront pas de sens économiquement pour les industriels", poursuit l'expert. 

La situation risque de perdurer alors que la Commission européenne a repoussé le gel provisoire de 900 millions de crédits carbone – sur les 8,5 milliards qui doivent être mis aux enchères entre 2013 et 2020 – une mesure qui aurait permis au cours du carbone de remonter. "ArcelorMittal a touché 2 milliards d'euros en revendant les quotas de CO2 qu'il avait en excédent, en raison d'une baisse de la production en Europe. Il n'a donc pas intérêt à investir dans des procédés de CSC", déplore Yannick Jadot.

Lire : Bruxelles repousse le sauvetage du marché du carbone

Un espoir persiste néanmoins : un système payant remplacera l'attribution gratuite des quotas d'émission dès le 1er janvier pour certains secteurs industriels. Ce qui pourrait inciter les entreprises à réduire leurs rejets polluants.

 

La recherche sur le traitement du « problème CO₂ » fait donc les frais de plein fouet des politiques visant à « protéger » des secteurs clef industriels…

Et tandis qu’Arcelor Mittal désire fermer le site de Florange et plonger plusieurs milliers de nos concitoyens dans la misère du chômage, Arcelor Mittal revend pour 2 milliards d’Euros de quotas carbone gratuits attribués par le gouvernement français…

Et Arcelor Mittal n’est pas la seule société à profiter de tant de « largesses »… On peut citer de mémoire Total, Lafarge, EDF…

Et la France n’est pas la seule à accorder des quotas gratuits à des industriels polluants, d’où au final la chute vertigineuse du prix du carbone…

Au début de ce marché du carbone, on pouvait envisager un prix du CO oscillant entre 70 et 90 euros/tonne, la taxe portant à peu près autour de 100 euros/tonne depuis 2008… Dans les faits, et du fait de la « largesse » de politiques et de « copinage » avec de grand industriels, le marché du COa été totalement noyé de quotas gratuits, et les pollueurs loin de devoir payer pour leur pollution, se sont mis à vendre à grand profit leurs excédents de quotas gratuits, faisant par effet domino chuter les prix, jusqu’à atteindre la somme symbolique de 6,5euros/tonne…

Ainsi Arcelor Mittal, loin de payer le moindre centime pour sa  pollution  a touché la bagatelle de 2 milliards d’euros grâce aux quotas gratuits que le gouvernement lui a attribués…

Une misère sans doute, d’où la nécessité de fermer un site !

Un tel fonctionnement ou "dysfonctionnement" (au choix) a de quoi en effet démotiver la recherche de solutions au problème COet inciter les industriels à ne pas investir  pour régler ce problème, cela étant pour eux, sans doute bien plus lucratif…

Pourtant la menace du CO est bien là…

Les images de New York, fleuron de l’Amérique toute puissante sous les eaux, a de quoi frapper les esprits, mais pas de quoi provoquer l’interrogation des décideurs sur la causes réelles d’une telle catastrophe « naturelle », qui ne l’est plus vraiment…



Et tandis que se profilent pour les mois à venir des famines dans les pays les plus fragilisés du monde, et qu’à cause du changement climatique Oxfam annonce une augmentation du prix des denrées alimentaires d’un facteur 2 à 3 dans la prochaine décennie, nos décideurs « bien pensants » décident de ne rien faire et d’accorder des quotas gratuits de CO à nos industriels qui ferment des sites, créent des chômeurs et encaissent des milliards sur le marché du CO

A quand la fin de cette folie ?

Florange, Mittal, retrait du dossier Ulcos… Conséquence plausible ou début de prise de conscience ?

La France amorce la fin des droits à polluer gratuits dans l'industrie

Le Monde.fr

 

La France a mis en place mercredi 5 décembre la fin partielle des quotas gratuits d'émissions de gaz à effets de serre, avec la parution au Journal officiel du décret instaurant une nouvelle phase en matière de droits à polluer. D'après ce texte, un système payant remplacera l'attribution gratuite de ces quotas dès le 1er janvier. Cette nouvelle phase du système européen d'échanges des quotas d'émissions de gaz à effet de serre vise à permettre à l'Europe d'atteindre ses engagements de réduction d'émissions.

ÉCHANGE DE QUOTAS

Le marché de permis européen (ETS, pour emission trading scheme) permet l'échange de quotas d'émission de CO2 auxquels sont soumises 12 000 installations industrielles, les plus polluantes dans le secteur de l'énergie, de l'industrie lourde et de l'aviation. En France, 1 200 installations sont concernées.

Chaque industriel doit posséder le nombre suffisant de quotas pour couvrir ses émissions de CO2. Il peut aussi revendre à d'autres ceux qu'il n'utilise pas. Ces quotas, qui étaient jusqu'ici attribués gratuitement, vont devenir en partie payants. "On passe d'un système où quasiment tous les quotas étaient attribués gratuitement à cette nouvelle phase, où les règles posent le principe d'une mise aux enchères", a expliqué à l'AFP Diane Simiu, chef des bureaux des marchés du carbone à la Direction générale de l'énergie et du climat.

DES QUOTAS GRATUITS SUBSISTENT

La production d'électricité est la plus concernée : la totalité de ses droits à polluer seront payants dès 2013. Cependant, des quotas gratuits subsistent pour "la grande majorité" des secteurs, ceux qui sont "exposés à un risque important de concurrence internationale" et auront des dérogations, a expliqué Mme Simiu. Soit deux tiers à trois quarts des industriels, comme ceux produisant du ciment ou de l'aluminium. Ces derniers pourront bénéficier de 100 % de quotas gratuits si leurs installations sont les moins polluantes de leur secteur. En revanche, ils devront en payer une partie si leurs installations émettent plus que celles de leurs concurrents. Une catégorie intermédiaire de secteurs devra, elle, passer de 80 % à 30 % de quotas gratuits entre 2013 et 2020.

Ce décret français transpose une directive européenne d'avril 2009. Il intervient alors que Bruxelles cherche à relancer le marché européen du carbone, dont les prix se sont effondrés ces dernières années et évoluent actuellement à leurs plus bas niveaux historiques, sous les 6 euros la tonne de CO2. La Commission européenne a proposé de geler 900 millions de tonnes de quotas de CO2 mis en vente dans l'UE sur la période 2013-2015 afin de relever le prix du carbone, trop bas pour favoriser les investissements dans les énergies renouvelables. Mais plusieurs Etats membres y sont opposés. Le sujet doit être abordé le 13 décembre à Bruxelles.

Je ne sais pas si c’est un hasard, mais nos échanges avec la société Lafarge, bien que clos « brutalement » viennent de reprendre par le biais d’un intermédiaire…

Peut on croire que la fin des quotas gratuits pourra changer la donne ?



Affaire à suivre…

06/12/2012

En attendant le résultat de Doha !

 

Et tendis qu'à Doha ce joue le sort de l'humanité dans l'inconscience générale...

humanité.jpg

03/12/2012...Les émissions de CO2 en hausse de 2,6% en 2012, selon un rapport, la hausse de la température mondiale excéderait 5°C en 2100 Selon son étude

 

 

Les émissions de gaz à effet de serre d'origine industrielle ont augmenté de 2,6 % cette année, malgré la crise économique, selon le rapport annuel du Global Carbon Projet. Il a été publié lundi en pleine conférence internationale sur le changement climatique.

La progression, due notamment à la croissance des émissions de dioxyde de carbone en Inde et en Chine, était de 3,1 % en 2011, précisent les auteurs.


Près de 200 Etats dont la Suisse sont réunis jusqu'au 7 décembre à Doha pour la 18e session de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) avec l'objectif de s'entendre sur les moyens de limiter le réchauffement à deux degrés, objectif fixé en 2010.
 

Plan radical nécessaire

"Je crains que le risque de changement climatique ne soit trop important avec notre trajectoire actuelle en matière d'émissions. Il nous faut un plan radical", a souligné Corinne Le Quéré, directrice du centre britannique Tyndall pour la recherche sur le changement climatique et professeur à l'université d'East Anglia, qui a co-dirigé la rédaction du rapport.

Le total des émissions de CO2 pour 2012 est estimé à 35,6 milliards de tonnes et, si elles se poursuivent à ce rythme, le réchauffement sera de 4 à 6 degrés,
selon les chercheurs du Global Carbon Project, dont les travaux sont publiés par la revue "Nature Climate Change".

Entre 1990 et aujourd'hui, elles ont augmenté de 58 % et une poignée de grands pays en sont responsables.

Les émissions chinoises ont progressé de 9,9 % en 2011 et de 10,4 % l'année précédente. La Chine constitue aujourd'hui 28 % du total mondial, alors que les Etats-Unis sont à 16 %.

En Inde, l'augmentation était de 7,5 % l'an dernier, contre 9,4 % en 2010. Aux Etats-Unis et en Europe, la hausse a été respectivement de 1,8 et 2,8 %.


Source © ats

 

Mais encore…


28/11/2012....Le niveau des mers augmente 60% plus vite que ne le pensait l'ONU

 

NEW YORK SANDY1.jpg


 

Le niveau des mers s'élève, en raison du réchauffement du globe, 60% plus vite que ne l'avait projeté en 2007 le groupe d'experts de l'ONU sur le climat, le Giec, indique mercredi une étude scientifique.


NEW YORK SANDY.jpg


Les mers montent en moyenne de 3,2 mm par an, selon l'étude réalisée par trois spécialistes du climat et publiée dans la revue britannique Environmental Research Letters.

Or, la projection la plus fiable du Giec en 2007, basée sur des données de 2003, prévoyait une hausse de 2 mm par an d'ici 2010.


Dans son rapport de 2007, le Giec avait estimé que la hausse atteindrait de 18 à 59 cm d'ici à la fin du siècle, en raison notamment de la dilatation de l'eau, liée au réchauffement.

L'élévation pourrait atteindre, voire dépasser, un mètre, affirment désormais nombre d'études scientifiques. Un chiffre jugé crédible par l'un des auteurs de l'étude, dirigée par Stefan Rahmstorf de l'Institut de recherche sur l'impact du changement climatique de Potsdam (Allemagne), qui n'a néanmoins pas porté sur ce point.

Cela signifie que les zones situées à moins d'un mètre au-dessus du niveau de la mer, où il y a une grande concentration de population comme au Bangladesh, vont disparaître, a déclaré à l'AFP l'un des co-auteurs Grant Foster de la société américaine Tempo Analytics.
Il va y avoir des centaines de millions de réfugiés climatiques, ainsi que de possibles guerres et toutes sortes de conflits pour l'accès aux ressources, a-t-il ajouté.


Pour les grandes villes côtières comme New York, les effets attendus sont probablement ce qu'on a vu pendant l'ouragan Sandy, a-t-il encore dit.

L'estimation trop basse du Giec sur la hausse du niveau des mers peut s'expliquer par le fait que l'ampleur du phénomène de fonte des calottes glacières ou glaciers plus modestes était bien moins connue à l'époque.

Par ailleurs, le dernier rapport du Giec se base sur des informations obtenues entre 1993 et 2003. A l'époque, les mesures par satellite étaient encore relativement nouvelles, et les scientifiques manquaient de recul pour être sûrs de leur fiabilité.

Le cinquième rapport du Giec sera publié en trois parties, septembre 2013, mars 2014 et avril 2014.


Source
©AFP

 

Et le pire reste à venir…

27/11/2012...L'acidification des océans devient inquiétante, les océans meurent....

 

planete acide.png


 

Selon une nouvelle étude, la détérioration inhabituelle des coquilles d'escargots de mer dans l'océan Austral démontre définitivement l'accroissement dangereux de l'acidification des océans de ces dernières années.

C'est un avertissement sinistre que révèle cette étude conduite en 2010 et dont les résultats viennent d'être publiés dans la revue nature: l'acidification des océans est dix fois plus rapide aujourd'hui que lors de la dernière extinctios des espèces pendant l’ère du Paléocène et l'Exocène.

C'est ce qu'indique cette étude qui constate que les changements brutaux dans la chimie des océans sont dûs à la combustion des combustibles fossiles et que les taux d'acidité des eaux de mer d'aujourd'hui peuvent annoncer une nouvelle vague de mortalité massive.

En effet, depuis peu, les scientifiques commencent à démêler les effets et les risques environnementaux que cette augmentation d'acidité des eaux de mer va engendrer: la répartition de ces taux d'acidité est plus complexe que prévue, certaines parties du monde pourraient être plus vulnérables que d'autres, certaines pouvant même faire preuve de résilience.


Par exemple dans le Pacifique Nord-Ouest cette eau est de plus en plus acide, tuant toutes les larves d'huîtres. 


Une grande partie des eaux de l'Alaska ont déjà des niveaux de pH très inquiétants, l'eau y est plus froide et peut donc contenir plus de dioxyde de carbone que les eaux plus chaudes. L'océan Arctique est donc plus touché par le phénomène de l'absorption de CO2 qu'on ne l'avait prévu jusqu'ici.

Déjà en 2008 dans une étude sur les eaux de l'Antarctique, les scientifiques avaient constaté que les couches extérieures des coquilles des animaux marins montraient des signes de corrosion anormale, preuves inhabituelles que l'acidification des océans causée par l'excès de dioxyde de carbone dans l'atmosphère pouvait faire craindre le pire aux espèces marines vulnérables.

Des essais ultérieurs en laboratoire ont montré que ces eaux acides récoltées à travers le monde menacent de nombreuses espèces marines d'invertébrés, comme les palourdes ou encore les coraux, car elle entrave leur capacité à faire croître leurs coquilles et leurs exosquelettes.

"Les propriétés corrosives de l'eau causent la dissolution des coquilles d'animaux marins, et les ptéropodes y sont particulièrement vulnérables» a expliqué Nina Bednaršek, une scientifique de l'US National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et l'une des principaux auteurs de cette étude, publiée dans la revue Nature Geoscience .

Les espèces les plus vulnérables sont celles qui, comme les ptéropodes, construisent leurs coquilles avec de l'aragonite, une forme de carbonate de calcium qui est très sensible à l'acidité des eaux.


Selon les scientifiques, la croissance des niveaux d'acidité du pH dans les océans est actuellement la plus rapide jamais traversée par les mers depuis plus de 300 millions d'années.


Ces cinq dernières années, l'acidification croissante des océans est devenue une cause urgente de préoccupation pour l'industrie de la pêche et les scientifiques.

En effet l'océan absorbe environ 30 pour cent du dioxyde de carbone que nous émettons dans l'air par la combustion de nos combustibles fossiles, ce qui déclenche une réaction chimique qui produit de l'hydrogène et abaisse le pH de l'eau.


Les eaux des océans et des mers
sont aujourd'hui 30 pour cent plus acides que les niveaux préindustriels du 19 ème siècle, ce qui crée une eau beaucoup plus corrosive.


Au rythme actuel des émissions mondiales de carbone,, l'acidité de l'océan pourrait doubler d'ici 2100...


© Nature Alerte

 

Pour les fêtes, pensez aux huîtres…

La stérilisation carbonique avance…

Profitez en, tant qu’il en reste !

 

28/11/2012....France, Il faut sauver les huîtres, 75% des jeunes huîtres en France sont touchées par une mortalité anormale : un congrès mondial se penche sur le « problème » de surmortalité

 

HUITRE.jpg


La filière ostréicole organise de mercredi à dimanche un congrès mondial à Arcachon (Gironde) où les spécialistes se pencheront sur la mortalité touchant depuis quatre ans jusqu'à 75% des jeunes huîtres en France, un phénomène lié au changement climatique également observé dans d'autres pays.  

Au total, quelque 370 professionnels de la filière ostréicole - producteurs, scientifiques, experts, institutionnels - venus de 25 pays (Nouvelle-Zélande, Australie, Chine, Corée, Japon, Etats-Unis, Mexique, Namibie, Maroc notamment) seront présents.
«Les huîtres sont une ressource fragile qui ne va pas très bien»


Durant cinq jours, la question de la surmortalité des huîtres et de ses conséquences pour les exploitants sera au cœur de ce congrès, une première mondiale. Organisé à l'initiative de la section régionale conchylicole (SRC) Arcachon Aquitaine, son objectif est de «trouver des solutions durables». «Les huîtres sont, à travers le monde, une ressource fragile qui ne va pas très bien et c'est en grande partie lié aux changements climatiques», explique Sébastien Chantereau, secrétaire général du comité national de la conchyliculture (CNC).

Ainsi, l'acidification des océans, la montée des températures, l'anoxie (insuffisance en oxygène) de l'eau dans certaines zones... liées au réchauffement climatique ont des conséquences sur les huîtres, qui sont de vraies «sentinelles de l'environnement comme les abeilles le sont pour la terre», souligne Sébastien Chantereau. 


En France, en Irlande, au Portugal et en Espagne, mais aussi depuis 2010 en Australie et en Nouvelle-Zélande, la surmortalité est en grande partie liée à la présence de l'herpès virus OsHV-1. C’est «le principal agent pathogène régulièrement détecté lors d'épisodes de mortalité (...). Il est associé à des épisodes de mortalité aussi bien en écloserie nurserie que dans le milieu naturel», explique l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).
 


Vers une évolution des pratiques culturales

«Entre 1995 et 2007, les taux de mortalité sont restés relativement stables au niveau national, et situés aux alentours de 15%», selon l'Ifremer, mais «2008 a montré un accroissement brutal et depuis, le taux reste élevé (...) atteignant 63% en moyenne nationale en 2011». «Après quatre ans de crise, nous avons besoin d'échanger afin de mieux comprendre ce qui se passe et de bénéficier des retours d''expérience des professionnels pour anticiper les crises à venir», souligne Olivier Laban, président de la SRC Arcachon-Aquitaine. «Nous devons échanger nos expériences car les pratiques professionnelles sont les seuls leviers sur lesquels agir pour limiter cette mortalité», ajoute Sébastien Chantereau.

«La filière doit envisager toutes les possibilités d'évolution dans les pratiques culturales et plus généralement dans la gestion du cheptel, visant à minimiser le risque de transmission du virus», estime Benoît Beliaeff, responsable du Département Ressources Biologiques et Environnement de l'Ifremer. Pour lui, «parallèlement à ces mesures préventives, la sélection génétique est une voie à privilégier. Il s'agit d'identifier des familles plus résistantes et de réaliser des plans de croisement permettant le repeuplement et l'amélioration du captage». «Trouver une souche qui résiste à ce virus sera long, une importation d'une nouvelle souche serait plus rapide mais les règles aujourd'hui nous l'interdisent», souligne Olivier Laban.

Dans les années 70, une épizootie sans précédent avait décimé les huîtres du Bassin d'Arcachon, qui étaient alors en grande partie d'origine portugaise. Les professionnels avaient alors décidé d'importer en masse une variété d'huîtres creuses originaire du Japon, permettant ainsi de sauver l'ostréiculture du Bassin d'Arcachon. Avec quelque 130.000 tonnes produites chaque année, la France est le cinquième producteur mondial. Sur le Bassin d'Arcachon site du congrès, quelque 350 entreprises produisent 8 à 10.000 tonnes d'huîtres par an.
 

Source © 2012 AFP