22/07/2011

Le mécanisme de stérilisation carbonique est en court.

 

« Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre »

Karl Marx

 

 


 

Comme déjà vu dans un article précédent, si le méthane issu des clathrates est majoritairement bien responsable de l’augmentation de l’anomalie en C12, il n’en reste pas moins vrai que le carbone s’intègre au vivant par l’intermédiaire du CO2, via la chaîne alimentaire et non via le méthane.

L’enquête présentée dans cette vidéo est par conséquent inachevée, il faut préciser que le méthane a été converti en CO2 par combustion, selon :

CH4  + 2O2 ------------------) CO2 + 2H2O

Ceci pour pouvoir être mesuré par les paléontologues !

Une telle combustion se produit de façon spontanée avec les feux follets, de façon naturelle, mais ici il s’agit d’une toute autre échelle, les stocks de méthane coincés dans les clathrates se mesurant en milliers de milliards de tonnes.

Ceci implique une modification importante et relativement rapide de la composition de l’atmosphère terrestre en CO2, de nature à perturber graduellement les mécanismes respiratoire et de photosynthèse, qui sont eux responsables de l’extinction massive qui s’en suit, par paliers d’extinction successifs.

Je rappelle ici que chaque espèce ayant un métabolisme qui lui est propre, une stérilisation carbonique provoque l’extinction d’espèces entières de façon quasi sélective, et que depuis un peu plus de 6 mois, on observe un peu partout sur la planète des hécatombes animales quasi sélectives et touchant essentiellement les milieux aquatiques, ainsi que je l’avais « prédit ».

 

Morts mystérieuses d'animaux - TeleToulouse
Oiseaux et poissons morts dans le monde: c'est l'hécatombe!


 

 

Ceci dit, je ne suis pas un prédicateur, c’est de la science… La stérilisation carbonique est un mécanisme d’interaction néfaste du CO2 avec la vie, obéissant à des conditions physico-chimiques faciles à anticiper lorsqu’on les connaît, et dont l’implication dans la vie est essentielle, au point que des perturbations peuvent provoquer des extinctions de masse et ce de façon sélective, espèce par espèce…

Je rappelle aussi que les océans jouant un rôle de régulation atmosphérique du CO2, ils amortissent ainsi l’impact d’une modification en CO2 de l’atmosphère, jusqu’au point de rupture…

Ensuite, la vie aquatique est la première à faire les frais de cette modification par perturbation des mécanismes respiratoire et de la photosynthèse, d’abord dans les zones chaudes par modification de la constante de solubilité du CO2, puis le processus se globalise.

Il y aura toutefois des refuges pour la vie aquatique dans les régions froides au nord et au sud de la planète, mais seules les espèces adaptées à ces climats pourront survivre.

Pour les espèces terrestres, hormis celles qui pourront abaisser leur métabolisme pendant suffisamment longtemps (par hibernation par exemple), il y aura de très grandes pertes, si nous n’inversons pas le processus qui est en cours dans l’inconscience générale, et le plus tôt sera le mieux.

Dans le cas contraire, nous subirons le même sort que les dinosaures...

S’ il existe un Dieu, espérons qu’il pense à nous et qu’il y aura un miracle dans la prise de conscience du problème par nos décideurs (politiques et économiques) et ce à l’échelle planétaire…

En attendant, informez autour de vous, car le pire est devant nous mais nous pouvons encore agir…

Comprendre et savoir les choses, c’est pouvoir agir pour ne pas avoir à revivre l’histoire.

 

Informez autour de vous…