23/11/2009

"Stérilisation carbonique", mode d'emploi

Note technique concernant les interactions du CO2, des océans et de la vie et leurs rôles dans la mise en place de la "stérilisation carbonique"

 

1-Généralités scientifiques :

 

Le CO2 est un anhydre d’acide, ceci signifie que lorsqu’il se dissout, il se transforme en acide selon :

 

CO2 (dioxyde de carbone) + H2O (eau)                              HCO3-+ (proton) (hydrogénocarbonate) + H

 

Cette réaction chimique est une réaction d’équilibre réversible :

 

-un excès de CO2 gazeux déplace l’équilibre vers la dissolution du CO2

-un excès d’acidité déplace l’équilibre vers la formation de CO2 gazeux

 

La dissolution du CO2 est limitée par la constante de solubilité du CO2 dans l’eau, laquelle dépend de la température de l’eau :

 

- plus l’eau est froide et plus l’eau peut dissoudre du CO2

- plus l’eau est chaude et plus le CO2 dissous se transforme en gaz.

 

 

2-Interaction du CO2 sur les océans et la vie avant l’exploitation des énergies fossiles :

 

Avant l’exploitation des énergies fossiles et depuis plusieurs millions d’années, un équilibre s’était établi entre les formes de vie qui consommaient le CO2 pour la photosynthèse et les formes de vie qui, par respiration en émettaient .

De par cet équilibre, les océans ne jouaient qu’un rôle de régulation du taux du CO2 atmosphérique.

 

Ainsi quand la quantité de CO2 atmosphérique augmentait, par l’activité volcanique ou par le biais d’incendies, les océans absorbaient le trop plein car la réaction de dissolution du CO2 était déplacée dans le sens de la dissolution selon :

 

CO2  +2H2O                                                      HCO3-  +H3O+

 

Ceci  permettait naturellement d’avoir un taux de CO2 dans l’air relativement stable, en équilibre avec le vivant. 

 

De même lorsque la photosynthèse absorbait, grâce à des conditions favorables, davantage de CO2 et que le taux de CO2 atmosphérique baissait, les océans libéraient dans l’atmosphère du CO2 selon :

 

HCO3-  + H3O+                                                   CO2 + 2 H2O

 

Ces mécanismes contribuaient à un équilibre naturel du taux du CO2 atmosphérique, au sein de ce que les biologistes appellent le cycle du carbone.

3-Interaction du CO2 anthropique sur les océans et la vie pendant l’exploitation des énergies fossiles :

 

La vie dans son évolution a modifié considérablement son environnement et  la formation des énergies fossiles est un des moyens qu’elle a utilisés pour modeler la planète, en retirant par le biais de ce que bien plus tard l’humanité appela des combustibles, du CO2 de l’atmosphère et en le stockant sous forme de charbon ou de pétrole.

 

Avant tout, il faut bien comprendre que les énergies fossiles sont une ressource  sans laquelle l’humanité n’aurait jamais pu connaître un tel essor.

 

 Elle n’a donc aucune raison de regretter son exploitation.

 

Toutefois, il faut prendre conscience le plus rapidement possible des conséquences de l’exploitation de ces énergies fossiles, car loin d’être anodine cette exploitation outrancière représente une menace sans pareille dont nous pourrions, par retour de bâton, faire les frais de façon rapide et brutale.

 

Ce chapitre a donc pour but de décomposer l’impact du CO2 émis par l’homme sur les océans et la vie en général.

 

Les hommes en exploitant les énergies fossiles de la fin du 19ième siècle jusqu’à nos jours, ont libéré du CO2 qui dormait depuis des millions, voire des milliards d’années dans les entrailles de la terre.

 

Jusqu’à maintenant, la vie dans son ensemble n’a pas connu de conséquences trop dramatiques à cause de ces émissions excessives, car les océans ont régulé cet excédent de CO2 anthropique en l’absorbant comme une éponge.

 

De même, dans le passé, avant l’exploitation des énergies fossiles, lors d’activités volcaniques ou de grands incendies qui libéraient de grandes quantités de CO2, ce dernier a exercé une pression sur les océans, lesquels ont naturellement répondu à cette pression en augmentant la dissolution du CO2 selon :

 

CO2  +2 H2O                                                             HCO3-  +H3O+

 

Ceci a bien évidemment accentué l’acidité des eaux mais a stabilisé le taux du CO2 dans l’air à des niveaux très bas et compatibles avec la vie telle qu’on la connait.

 

 

4-Point de rupture de l’interaction du CO2 anthropique sur les océans et impact prévisible sur la vie :

 

 

Après plus d’un siècle d’exploitation des énergies fossiles, se traduisant par quelques centaines de milliards de tonnes de CO2 émises dans l’atmosphère, les océans commencent a montrer un épuisement dans leur capacité à dissoudre ce CO2.

 

Les océans ainsi gorgés de CO2, sont devenus  aujourd’hui plus acides ce qui entraîne un impact négatif sur la vie aquatique, comme la stérilisation des coraux.

 Toutefois, ils continuent encore de dissoudre du CO2 et ils le feront jusqu’au point de rupture.

 

La question n’est pas ici de savoir si le point de rupture aura lieu ou pas, mais plutôt de savoir si nous serons capables d’y faire face lorsqu’il aura lieu.

 

Ce point de rupture est subordonné à plusieurs facteurs dont les plus importants sont l’augmentation de la température et l’acidification des océans. 

 

CO2 + 2H2O                                                       HCO3-  + H3O+  

 

Cette réaction dépend de ce que les chimistes appellent la constante de solubilité (ks), cette constante étant fonction de la température.

 

On entrevoit donc très bien, sans être spécialiste, à l’aube de la saturation des océans par le CO2,  que l’augmentation de la température de la planète  via l’effet de serre dû à l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique, pourrait avoir un effet pervers sur la solubilité de ce gaz dans les océans.

 

L’augmentation de l’acidité et de la température des eaux, entraînera un déplacement du CO2 dissous vers le CO2 gazeux, lequel par effet de serre augmentera  la température de l’eau, contribuant ainsi à davantage de formation de CO2 gazeux.

 

Ainsi une fois amorcé, ce processus fera croître de façon exponentiel le taux de CO2 dans l’air et en quelques mois voire quelques années, ce taux va atteindre un taux atmosphérique incompatible avec la vie telle qu’on la connaît.

 

En effet la respiration permet tout autant de capter l’oxygène nécessaire au catabolisme cellulaire que d’évacuer de nos organismes le CO2 dont l’accumulation anormale dans les cellules pourrait empoisonner l’organisme au point de stopper la machinerie cellulaire et de provoquer la mort.

 

Ainsi une augmentation du taux de CO2 dans l’air pourrait rendre irrespirable notre atmosphère et rendre invivable toute la surface de la terre.

 

Ceci nous permet donc  de parler d’entrée dans l’ère de la « stérilisation carbonique ».

 

Preuve de l'existence d'une stérilisation carbonique dans le passé de la terre :

 

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_681_CO2_ext...

 

Ceci à déjà eut lieu, et se reproduira si nous n'agissons pas et ce dans les plus brefs délais.

 

 

 

Commentaires

Génération AVENIR Celà fait plusieurs mois que j'ai pris connaissance de vos travaux sur Planète Attidude.
Bien qu'ignare en la matière ils me semblent très interessants. Pour faire avancer notre cause commune, qui est la protection de la planète que nos enfants nous prêtent pour quelques années seulement, je me suis engagée au sein du mouvement politique "La France En Action". Je suis coordinatrice de la commission Agriculture et Alimentation Biologique.
Peut-être pourriez-vous informer la commission concernée de votre travail?
http://www.lafranceenaction.com/fr/thematiques/energie-et-ecosystemes/30
De toute façons
Restons en contact
Agnès

Écrit par : Agnès | 26/11/2009

réponse à Agnès J'informe tous ceux que je peux... il y a quelque chose de pourri en France et c'est pourquoi j'ai du mal à me faire entendre, pourtant la situation est gravissime... J'ai de bon contact a l'étranger, et même si cela m'ennuie je pense de plus en plus à partir, le temps presse devant la menace de "stérilisation carbonique" qui nous guette, une fois enclenché ce mécanisme de relargage du CO2 par les océans nous n'aurons certainement plus le temps d'agir tellement ce sera fulgurant, sans compté que la panique gagnera vite les populations rendant toute possibilité d'agir quasi impossible et à plus forte raison au niveau mondiale.

Écrit par : razlebol | 28/11/2009

Bon procédé peut-être mais pourquoi tant de bêtises ? Bonjour
Cela fait plusieurs fois que je vois vos commentaires citant Sarkozy et je vous sigale qu'on a du mal à aller sur votre blog en cliquant sur le lien. Peut-être avez-vous découvert un procédé anti CO2 qui fonctionne bien, mais pourquoi autant de contre-vérités pour "vendre vos idées" ? Bonne idée de proposer votre procédé à Copenhague, c'est le moment idéal. Par contre l'acidité des océans, le grand danger du CO2 et la suite, on en a tous soupé des propos du GIEC. La suti-uation n'est pas gravissime car le CO2 n'a pas ou peu d'influence. Allez consulter le site http://www.pensee-unique.fr pour vous rendre compta que cette histoire d'effet de serre est quasi une galéjade.

Cordialement
JM Reboul

Écrit par : Jean-Michel Reboul | 08/12/2009

REPONSE A JEAN-MICHEL Tu te trompe. Le CO2 anthropique est une menace colossale… Par pour les 50 a 100 ppm que l’air à pris en 150 ans c’est sure que si on se limite a sa c’est une rigolade mais pour les 22 millions de tonnes qui se disolvent dans les océans tout les jours et vont y rejoindre le stock actuel de plus de 120 milliards de tonnes qui s’y sont accumuler en 150 ans.

Aujourd’hui on néglige totalement les interactions du CO2 avec les océans pourtant la menace viendra de la.

D’ailleurs un ami très inquiet m’a fait passé ce lien aujourd’hui :


http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/12/copenhague-appel-contre-lacidification-des-oc%C3%A9ans.html

les scientifiques pour la plus grande majorité sont dépassé par l’ampleur du problème, la compartimentation des sciences en place fait que très peu on les acquis suffisant pour interprétés les données et en tirer de bonne conclusion trop limiter par leur propre discipline et les combat de clocher qui les animes.

Les océans n’en peuvent plus de dissoudre le CO2, leur chimie changent à une vitesse grand V, ils s’acidifient, se sature en CO2, la fonte des glaces modifient leur salinité… Bref tout ces facteurs cumuler font que bientôt ils vont cesser de « stocker » nos excès de CO2 et pire encore relâcher leur stock (confère stérilisation carbonique mode d’emploi).

Sachant que les espèces ont évoluer depuis que la terre a stabiliser grâce au vivant le taux de CO2 atmosphérique… tout les êtres ayant des organes différentié et spécialisé pour la respiration et le transport de l’oxygène vers les cellules et du CO2 des cellules vers l’extérieurs de leur corps une tel modification importante du CO2 dans l’air sera létale.

Sachant qu’une seule tonne peut rendre irrespirable 50 000 mètres cubes d’air et que chaque jours nous émettons 22 millions de tonnes de CO2 qui se disolvent dans les océans… Nos excédent journalier si ils n’étaient pris en charge par les océans pourrait rendre irrespirable chaque jours 1000 milliards de mètres cube d’air…

Si les océans cesse de stocker le CO2 (et ils montrent déjà un essoufflement) c’est une masse monstrueuse de CO2 qui va ressortir des océans (on parle en milliards de tonnes) qui vont eux même amplifier par effet domino la relâche du CO2 par un accroissement de l’effet de serre… Si les océans nous lâche en quelques mois tout sera fini.

La dernière stérilisation carbonique a éradiquer 70% des espèces terrestre et 90 a 95% des espèces aquatique… La prochaine sera bien pire je pense mais il ne restera pas un seul être humain pour le vérifier si nous ne sommes pas prêt à faire face à cette catastrophe.

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_681_CO2_extinction.php


Tu parle de vérité scientifique, s’en est une… Je ne fais pas cela pour faire peur, je le fais pour prévenir et qu’on s’y prépare. La technologie existent pour l’empêcher, il faut juste qu’elle soit suffisamment développer avant que le pire n’arrive car si on bouge après que cette catastrophe se soit enclencher … Game over, on aura pas le temps d’agir car ce sera beaucoup trop brutale et d’une évolution ultra-rapide.

Écrit par : sosterrien | 10/12/2009

Les commentaires sont fermés.